Quand faire plaisir nous affecte

On a tous très souvent envie de faire plaisir aux autres. Il est parfois difficile de prendre conscience de la différence entre l’altruisme et l’assujettissement aux autres lorsque l’on veut s’assurer que les personnes autour de nous sont toujours heureuses. Certaines personnes ont toutefois tendance à vouloir trop faire plaisir ce qui peut affecter leur vie ainsi que leurs relations. Voici certains signes qui ne trompent pas. 

A première vue, faire plaisir ne semble pas pouvoir nous faire de tort et cela peut même sembler exagérer de dire que vouloir trop faire plaisir peut nous affecter. Peut-être êtes-vous simplement quelqu’un d’extrêmement gentil et de bienveillant, peut-être que vous appréciez particulièrement donner et faire des efforts pour les autres. Cela est peut-être même une seconde nature pour vous. Cependant, dans de nombreux cas, on note des comportements similaires chez les personnes qui tendent à trop faire plaisir aux autres. Derrière cela peut se cacher une signification plus profonde d’un état mental qu’il est intéressant d’explorer.

Une étude datant de 2016 nous révèle que les personnes qui font trop plaisir, ou celles qui sont toujours d’accord avec les autres, utilisent ce mécanisme de défense afin d’éviter un stress mental. Ce qui est intéressant de noter dans cette étude est que les répercussions de ce comportement peuvent justement aboutir au même stress mental. Le danger d’acquiescer, de s’excuser sans cesse ou de dire oui à des choses au détriment de ce que l’on veut réellement est d’ignorer de constater ses besoins ce qui peut fortement nous nuire sur le long terme. Cette forme d’assujettissement nous empêche d’être heureux et d’être épanoui. Si vous vous retrouvez enlisé dans ce comportement, vous éprouverez une sorte de rancoeur et le sentiment de ne jamais être satisfait dans votre vie. Cela vous conduira éventuellement à exploser un jour ou l’autre ou à vous éloigner soudainement de certaines de vos relations qui sont à l’origine de votre comportement.

Voici trois comportements clés qui vous permettront de reconnaître les premiers signes.

Chercher l’approbation d’autres personnes

Si vous recherchez constamment l’approbation d’autres personnes ou que vous utilisez les opinions des autres afin de vous forger la vôtre, vous pouvez faire parti de ceux qui ont ce problème. On aime généralement faire plaisir parce que l’on obtient cette approbation. On reçoit alors une sorte de récompense, de validation et nous nous sentons aimés, pris en compte et utile.

Cela peut également se manifester lorsque l’on s’excuse trop fréquemment ou que l’on utilise des expressions telles que: « c’est bien ça? » ou « tu es d’accord » en recherchant une approbation de notre interlocuteur. Même si cela peut être agréable à première vue lorsque l’on reçoit un signal positif d’autrui, les personnes autour de nous n’ont pas à nous féliciter sans cesse et à nous donner de la reconnaissance. En fait, cette responsabilité devrait être la nôtre. Que vous ayez fait une présentation parfaite au travail ou que vous vous soyez surpassés dans un autre domaine, vous pouvez apprécier vos propres victoires, petites ou grandes. Cette attitude joue un rôle important pour perdre ces autres mauvaises habitudes.

De même, il est essentiel pour vous de prendre confiance en vos déclarations en essayant de ne pas y ajouter de phrases superflues, telles que celles mentionnées ci-dessus, qui prouvent que vous avez besoin d’une approbation externe. En commençant par vous aimer et en instaurant une bonne relation avec vous-même, vous commencerez à voir que vous êtes votre propre capitaine. Personne d’autres que vous ne doit valider vos faits et gestes. Vous vous libérerez ainsi de devoir plaire aux gens.

Dire oui lorsque vous voulez dire non

Avez-vous déjà dit oui à quelqu’un quand vous vouliez vraiment dire non? Cela peut être de prendre un verre avec un collègue que vous n’aimez pas, de rendre service alors que vous êtes déjà débordés ou d’aller à une réunion alors que vous n’avez pas du tout le temps.

« Trop vouloir plaire aux gens, c’est ressentir une obligation envers les autres. Cela peut impliquer de sortir dans un endroit que l’on n’aime pas, de participer à des activités qui ne vous plaisent pas. »

Même si c’est une chose de faire des compromis de temps en temps, cela devient un problème plus important lorsque vous cédez presque toujours. En vous imposant des tâches ou des activités qui vont à l’encontre de ce que vous voulez faire, vous vous retrouvez à donner la priorité aux besoins et aux désirs des autres par rapport aux vôtres. Avec le temps, ces comportements peuvent avoir des effets néfastes sur votre état mental mais aussi vos relations. Vous commencez à ressentir une frustration et le sentiment de pression pour dire « oui », ce qui vous donnera le sentiment de ne pas être en contrôle.

Au début cela sera sûrement difficile mais essayez de travailler pour changer votre réponse et dire «non» lorsque cela est nécessaire. Il n’y a rien de mal à suggérer une autre activité ou de refuser une invitation si votre emploi du temps est plein à craquer.  A vous d’établir une frontière et à apprendre à dire « stop » pour maintenir la santé de vos relations.

« En prenant des décisions qui vous conviennent mieux, vous aiderez également les autres, car vous leur montrez que vous valorisez la relation en faisant preuve de franchise dans votre communication. »

Un comportement passif

Lorsque l’on rentre dans ce fonctionnement de toujours vouloir plaire aux autres, on se rend compte que l’on ne dit pas ou fait pas certaines choses pour éviter les conflits et ne pas faire de mal aux autres. Cela pose peut-être une question plus complexe: pourquoi avons-nous du mal à dire ce que nous voulons dire réellement, pourquoi nous excuser pour des raisons indépendantes de notre volonté? Peut-être pour apaiser ceux qui nous entourent. En perpétuant cette disposition passive et agréable, il est facile de rester coincé dans la même boucle indéfiniment et de ressentir ce sentiment de colère intérieure. Malheureusement, cela nous empêche de vivre réellement notre vie. Cela peut nous conduire à en vouloir à notre entourage de nous empêcher de vivre comme nous en rêvions et aller jusqu’à la souffrance. Votre moi intérieur se révolte pour vous passer le message suivant.

« Tu fais toujours passer les autres en premier. A continuer comme cela, jamais tu ne vivras ta vie, jamais tu ne réaliseras tes rêves. »

Alors, comment pouvez-vous être plus direct, plus affirmé et plus authentique? Suivez toujours vos propres besoins et vos objectifs. Pensez à dire vrai, comme par exemple que vous n’êtes pas disponible et commencez à modifier vos choix et vos habitudes. Vous donnerez dans le même temps la permission aux autres personnes de votre entourage de changer leurs habitudes aussi. A vous de changer ce schéma de pensée. Vous parviendrez ainsi à trouver votre place et à donner un sens à votre vie. Il s’agit de regarder la vie par un autre prisme. En vous respectant davantage, vous trouverez sans doute un nouvel équilibre. Vous parviendrez à vous aimer davantage pour mieux aimer autrui. Votre vie sera plus riche, davantage à l’écoute de votre intuition et non de celle des autres. Vous vous ferez confiance pour trouver votre chemin, c’est ce qui compte non?

Le coin lecture ♥

Afin de retrouver un meilleur équilibre dans ses relations professionnelles, personnelles, familiales et sociales, voici trois livres dans lesquels vous trouverez quelques clés pour sortir de ce schéma de pensée.

L’assujetti ou l’oubli de soi, auteur, Thierry Gaubert

L assujetti ou l oubli de soi Thierry Gaubert

Ne trichez plus, auteur, Thierry Gaubert

Ne trichez plus Thierry Gaubert

Je réinvente ma vie: Vous valez mieux que ce que vous pensez, auteurs Jeffrey E. Young et Janet S. Klosko

Je réinvente ma vie

Savoir penser par soi-même sans se soucier de ce que pensent les autres de nos décisions et de nos actes est souvent difficile. Retrouvez à ce sujet notre article 6 astuces pour arrêter de se soucier de ce que pensent les autres. Il peut nous arriver d’agir pour rentrer dans un moule et de suivre ce que notre entourage souhaite pour nous sans nous en rendre compte. Voici quelques astuces pour se détacher du jugement des autres, de leurs doutes ou de leurs attentes pour ainsi être plus libre dans ses pensées et vivre pleinement son individualité.

Retrouvez nos articles sur le même thème dans la catégorie Sagesse afin de vivre plus sereinement.

Et vous, avez-vous le sentiment de toujours vouloir faire plaisir aux autres de peur de ne pas être aimé? N’hésitez pas à nous dire dans les commentaires ci-dessous. 

Publicités

11 commentaires sur “Quand faire plaisir nous affecte

  1. « Le danger d’acquiescer, de s’excuser sans cesse ou de dire oui à des choses au détriment de ce que l’on veut réellement est d’ignorer constater ses besoins ce qui peut fortement nous nuire sur le long terme »

    « Si vous recherchez constamment l’approbation d’autres personnes ou que vous utilisez les opinions des autres afin de vous forger la vôtre, vous pouvez faire parti de ceux qui ont ce problème. »

    Totalement ma vie, et genre est ras le bol !! Puis-je réutiliser tes phrase en te citant ? je ne saurai mieux l’expliquer

    et merci pour cet article, merci pour les livres, merci pour tout ce que tu viens d’écrire, bravo !!!!!!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Feugères pour ton message. ahah oui ce n’est pas toujours facile de sortir de ce schéma mais les livres aident beaucoup et on peut mettre en place ces conseils au jour le jour pour améliorer notre vie 🙂 oui bien sûr, je t’en prie merci à toi et bon après-midi!

      Aimé par 1 personne

  2. Ton article est passionnant!
    J’ai souvent constaté que la gentillesse, l’aide à la personne en difficulté sont des ‘élans’ qui se perdent.
    Dans nos sociétés, c’est un peu ‘chacun pour soi’. Quand on a de l’empathie, il faut savoir ou ‘on met ses pieds’, c’est comme marcher sur le fil d’un rasoir. Écouter, guider, aider, soulager, mais avec modération. Je pense que c’est un ‘ressenti’ qui doit nous accompagner sans cesse quand nous communiquons avec les autres et plus particulièrement quand ces autres ont besoin d’aide.
    Ressentir la détresse chez l’autre, quantifier son besoin de soutien ou d’aide et savoir ce que nous sommes en mesure de donner n’est pas une mince affaire.
    Personne ne dit que la communication entre les individus est simple…
    Belle journée!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Colette pour ton ressenti, je t’en prie. C’est tout à fait juste! Tout cela est très bien dit, je pense qu’il y a de la place pour la générosité sans être une bonne poire, à nous de percevoir les limites. Belle journée également 🙂

      J'aime

  3. Oh là là, on croirait que tu décris mon meilleur ami ! Il s’oublie complètement, pour toujours être serviable et disponible pour les autres. Je lui mets souvent des coups de pied au derrière pour le booster un peu, mais il s’excuse tout le temps, je n’arrive pas à lui faire sortir de la tête que les gens l’aimeront tout autant s’il apprend à dire non !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.