Comment garder un cerveau jeune?

Notre cerveau évolue avec l’âge. A mesure que nous vieillissons, il est commun d’observer un déclin de nos fonctions cérébrales. Dans le même temps, nous savons aujourd’hui que notre cerveau dispose d’une grande plasticité et qu’il est capable d’évoluer constamment. Prendre soin de son cerveau est indispensable pour éviter des maladies telle qu’Alzheimer. La déficience cognitive n’est pas inévitable si nous revoyons certaines habitudes. Voici quelques conseils pour garder un cerveau jeune et en bonne santé. 

Il nous arrive d’être davantage préoccupé par la santé de notre corps que par celle de notre cerveau. Cependant, les statistiques montrent que maintenant, plus que jamais, nous devons en prendre soin. En, effet, en France 850 000 personnes sont touchés par la maladie d’Alzheimer et un nouveau cas est diagnostiqué toutes les 3 minutes.

« 1 français sur 4 de plus de 65 ans pourrait être concerné par la maladie d’Alzheimer en 2020 ». Source: Francealzheimer.org.

cerveau en bonne santé.jpg

La quantité illimitée d’aliments malsains, d’appareils électroniques et de médicaments, dont nous disposons dans notre société actuelle peuvent impacter négativement notre santé et notre bien-être. Il n’est pas surprenant que notre cerveau se détériore plus rapidement. Nous sommes également de plus en plus nombreux à souffrir d’anxiété, de dépression et de stress, des facteurs pouvant mener à la maladie d’Alzheimer ou à la démence. Alors, comment pouvons-nous garder un cerveau jeune et maintenir nos facultés mentales tout au long de notre vie?

1. Stimuler son cerveau

Stimuler son cerveau

Grâce à des recherches sur des souris et des humains, les scientifiques ont découvert que les activités cérébrales stimulent de nouvelles connexions entre les cellules nerveuses et peuvent même aider le cerveau à générer de nouvelles cellules, développer une «plasticité» neurologique et constituer une réserve fonctionnelle.

Les scientifiques ont également découvert que dans la région de l’hippocampe mais aussi dans les parois des ventricules, notre cerveau avait la capacité de produire de nouveaux neurones. Ces neurones viennent ainsi réguler les circuits déjà existants et améliorent la mémoire ainsi que l’apprentissage.

Essayez de nouvelles activités qui à la fois stimulent et aident à développer votre cerveau. Toute activité stimulante mentale devrait aider à développer notre cerveau. Lire, suivre des cours, essayer la «gymnastique mentale», comme des puzzles de mots ou des problèmes de mathématiques. Expérimentez avec des choses qui exigent une dextérité manuelle ainsi qu’un effort mental, comme le dessin, la peinture et d’autres métiers. Il est également essentiel de stimuler ses cinq sens au quotidien. 

2. Faire de l’exercice physique

faire de la gym

La recherche montre que l’utilisation de nos muscles aide aussi notre esprit. Les animaux testés en train de faire de l’exercice augmentent régulièrement le nombre de petits vaisseaux sanguins qui apportent du sang riche en oxygène à la région du cerveau responsable de la pensée. L’exercice stimule également le développement de nouvelles cellules nerveuses et augmente les connexions entre les cellules du cerveau (synapses). Cela se traduit par un cerveau plus efficace, plus plastique et davantage capable de s’adapter. De meilleures performances ont également été constatées chez les animaux vieillissants.

L’exercice réduit également la pression artérielle, améliore le taux de cholestérol, aide à équilibrer la glycémie et réduit le stress mental, ce qui peut aider votre cerveau ainsi que votre cœur. Faire de l’exercice permet également de stimuler notre énergie et de combattre l’anxiété et la dépression. Des études ont montré que l’exercice pouvait également surpasser les antidépresseurs et contribuait à l’amélioration de l’humeur et des fonctions cognitives.

Aller à la gym, ne pas louper son cours de zumba ou sa séance de natation nous aide non seulement à nous sentir mieux, mais aussi à mieux penser. Faire de l’exercice augmente les niveaux de facteur neurotrophique issu du cerveau (BDNF), qui aide à la croissance cellulaire dans le cerveau et favorise la neurogenèse tout en détruisant les plaques causant la maladie d’Alzheimer. Stimuler ces facteurs de croissance par l’exercice est  une véritable thérapie par cellules souches pour notre cerveau.

3. Faire de la marche une priorité

marcher chaque jour

Les déplacements en voiture ou en train peuvent être très stressants et peuvent fortement affecter nos humeurs, en particulier lorsque vous voyagez dans les heures de pointe ou les embouteillages. Cela peut mener au stress, à l’anxiété et même à la dépression. Il est préférable de ne pas s’orienter vers un mode de vie inactif. Vous pouvez intégrer la marche dans votre routine quotidienne: marcher pour aller au marché, chercher le pain, aller au restaurant ou à la gym au lieu de conduire. Cela favorisera un style de vie qui est vital pour notre santé et cela vous aidera à vous sentir mieux, à penser positif et même à mieux dormir.

4. Améliorer son régime alimentaire

Manger sain

Une bonne nutrition peut aider votre esprit ainsi que votre corps. Par exemple, les personnes qui suivent un régime de style méditerranéen en mettant l’accent sur les fruits, légumes, poissons, noix, huiles insaturées (huile d’olive) et les sources végétales de protéines sont moins susceptibles de développer des troubles cognitifs et la démence.

Optez pour une alimentation bio. Les produits organiques ne contiennent aucun des pesticides nocifs présents dans les produits non organiques, ce qui les rend plus propres pour le corps et le cerveau. Cependant, ce n’est pas le seul avantage, car l’alimentation bio maintient généralement des niveaux plus élevés d’oméga-3 comme le montre l’étude publiée dans le British Journal of Nutrition qui sont des anti-inflammatoires sains pour le cerveau. Par exemple, le lait organique contient 62% plus d’oméga-3 et 25% moins d’oméga-6 que le lait conventionnel. Par conséquent, l’achat d’un produit organique peut vous aider à manger de façon plus saine, ce qui vous aidera à vous sentir mieux.

Augmentez votre apport en vitamine B9. L’acide folique est une vitamine B qui peut aider à combattre la dépression, la démence et la maladie d’Alzheimer en améliorant la neurogenèse et en diminuant l’inflammation dans le cerveau. L’acide folique est liée à la production de la sérotonine, un neurotransmetteur du cerveau, qui intervient dans l’humeur et la dépression. L’acide folique peut être utilisée pour traiter la dépression. Il y a des niveaux élevés d’acide folique dans les légumes comme les épinards, les choux de Bruxelles, la laitue romaine, les asperges, le brocoli ainsi que dans les légumineuses comme les lentilles, les haricots et les haricots noirs. On en trouve également dans les fruits tels que les bananes, les oranges et les citrons.

5. Faire descendre sa tension artérielle

tension arterielle faible

L’hypertension artérielle est probablement la maladie la plus fréquente en France. Cette maladie vasculaire est perçue dès lors que l’on mesure une élévation anormale de la pression exercée par le sang au niveau de la paroi des artères. Au milieu de la vie, elle augmente le risque de déclin cognitif chez les personnes âgées. Changez votre style de vie pour garder votre pression aussi faible que possible. Veillez à maintenir un poids normal par rapport à votre taille car plusieurs études ont montré l’existence d’un lien entre l’indice de masse corporelle (IMC, égal au poids en kg divisé par la taille au carré, en m) et la pression artérielle. Ainsi, il semblerait que plus l’IMC est élevé, plus la pression artérielle est élevée.

De plus, veillez à faire de bonne nuit entre 7 et 8 heures car le manque de sommeil favorise la survenue d’une hypertension. Les réveils fréquents et les endormissement difficile ont une incidence sur la tension artérielle. Contrairement à ce que nous pourrions penser, il n’y a pas de réel lien établi entre la tension nerveuse, le stress, et l’hypertension artérielle. Nos émotions influent bien évidemment sur notre organisme. Toutefois, les états de nervosité extrêmes sont passagers et disparaissent après quelques instants. La tension artérielle varie donc de façon temporaire mais ne constituent pas une cause réelle de l’hypertension. Une personne hypertendue aura une tension artérielle élevée de manière constante.

L’exercice physique est recommandé pour maintenir une tension artérielle normale. Limitez votre consommation d’alcool, évitez le tabac et mangez sainement.  Vous pouvez également inclure davantage d’ail et d’oignon dans vos plats. L’ail et l’oignon, permettent de détendre les vaisseaux sanguins, sont très efficaces pour faire baisser la tension artérielle. A l’inverse, évitez le sel et restez bien hydraté. Une consommation supérieure à 5 g de chlorure de sel (sodium) par jour favorise l’hypertension.

6. Maintenir un taux de sucre bas

eviter le sucre

C’est peut être le changement le plus difficile à mettre en place pour bon nombre d’entre nous. Le diabète est un facteur de risque important pour la démence. Vous pouvez contribuer à prévenir le diabète en mangeant sainement et moins sucré, en faisant de l’exercice régulièrement et en restant mince.

Pour que notre cerveau fonctionne correctement, nous devons maintenir un taux de sucre ou taux de glycémie normal (entre 1 et 1,4 g/L deux heures après un repas) afin de maintenir l’équilibre de notre chimie cérébrale. L’augmentation du taux de sucre dans le sang peut mener au diabète de type 2 (lorsque la glycémie à jeun est supérieure ou égale à 1,26 g/L). Le diabète peut mener à la maladie d’Alzheimer. Les aliments que nous mangeons peuvent soit produire des taux stables et soutenus de sucre dans le sang, soit provoquer des poussées de sucre ce qui peut nous laisser avec un sentiment de d’anxiété et de dépression. Lorsque votre taux de sucre dans le sang augmente trop souvent, il détériore votre cerveau mais aussi votre corps.

Le sucre est associé au vieillissement de notre cerveau. Une surconsommation de sucre nuirait à nos performances intellectuelles et engendre un déclin cognitif. Des caractéristiques qui peuvent représenter des signes précoces de la maladie d’Alzheimer. Une étude a montré que des personnes qui buvaient 1 à 2 boissons sucrées par jour présentaient une réduction du volume cérébral (ce qui représente 1,6 années de vieillissement normal) et des scores inférieurs aux tests de mémoire en comparaison à des personnes qui ne buvaient pas de boissons sucrées.

Pour minimiser ces pics de glycémie, il est possible d’inclure certains aliments dans notre alimentation telle que la cannelle, les légumes crus ou légèrement cuits, le vinaigre et le thé. Tous ces éléments ont des qualités aident à contrôler notre glycémie.

7. Éviter la résistance à l’insuline

pain complet

Notre corps a besoin d’insuline pour fonctionner correctement car c’est elle qui fournit le sucre sanguin que les cellules utilisent pour l’énergie. Cependant, lorsque nous mangeons trop de glucides à indice glycémique élevé, notre glycémie est trop forte et nous recevons un excès d’insuline que notre corps ne traite pas correctement.

Cela signifie que nous finissons par stocker l’excès de graisse et que notre corps réagit de moins en moins bien au barrage constant d’insuline créé par ces aliments à IG élevé, ce qui conduit à une résistance à l’insuline. Quand nous devenons insulino-résistants, notre corps n’enregistre pas la quantité d’énergie qu’il reçoit des hydrates de carbone et commence ainsi à vouloir plus que ce dont il a réellement besoin.

Quand nous sentons que nous avons besoin d’énergie, nous optons pour des aliments qui nous fourniront de l’énergie rapidement, comme les glucides transformés qui font grimper notre taux de sucre dans le sang et qui mèneront inévitablement à une poussée soudaine mais courte d’énergie. Sur la durée, notre cerveau manquera de nouveau d’énergie et comme dans un cercle vicieux nous aurons de nouveau besoin d’un nouvel aliment avec un indice glycémique élevé.

La clé pour réguler la chimie de votre cerveau , et pour réduire les risques de maladies telle qu’Alzheimer, est de limiter notre consommation de glucides, ou de remplacer les glucides à IG élevé (pain blanc, riz blanc, pâtes, biscuits, gâteaux, etc.) qui déclenchent des pics de glycémie. Nous pouvons les remplacer avec des glucides plus complexes qui libèrent de l’énergie sur la durée à combustion lente pour notre cerveau.

Il existe plusieurs façons de remplacer les glucides à IG élevé par des substituts plus sains, essayez par exemple les céréales complètes, le pain intégral, les légumineuses, les fruits secs ou le quinoa. Ces aliments réduiront considérablement l’apport glycémique de vos aliments. Ces petits changements vous feront vous sentir mieux mentalement et physiquement et sont également parfaits pour la perte de poids.

8. Surveiller son cholestérol

huile d olive

Des taux élevés de cholestérol LDL, qui est le «mauvais» cholestérol, sont associés à une augmentation du risque de démence. Surveille son régime alimentaire, faire de l’exercice, contrôler du poids et éviter le tabac sont déjà des points évoqués et qui permettent d’améliorer grandement son taux de cholestérol.

Mangez plus d’oméga-3, ces graisses saines permettent de stabiliser le mauvais cholestérol et de préserver la santé de votre cerveau. Les oméga-3 sont essentiels à la bonne constitution de la membrane qui enveloppe les neurones. Les meilleurs gras absolus pour notre cerveau sont les acides gras oméga-3, qui aident à prévenir l’inflammation, la clé pour préserver les fonctions cognitives et prévenir la dépression, le stress et l’anxiété. Ils sont considérés comme essentiels, ce qui signifie que le corps a besoin d’eux mais ne peut pas les faire seuls. Nous pouvons les obtenir uniquement à travers la nourriture, ce qui rend extrêmement important de faire tout son possible pour les incorporer dans notre alimentation aussi souvent que possible.

Un moyen facile d’obtenir plus d’oméga-3 dans votre alimentation est de manger plus de poisson. En règle générale, il est préférable de privilégier les poissons d’élevage élevés dans la nature, car ceux-ci contiennent normalement une concentration plus élevée d’oméga-3 et la plus faible teneur en toxines. D’autres bonnes sources d’oméga-3 comprennent les graines de chia, les noix, les graines de lin et les protéines.

« Toute carence en acides gras se paye tôt ou tard de dysfonctionnements qui, parce qu’ils ont aussi des conséquences sur le sommeil, sur la capacité à apprendre et à retenir, sur les performances cognitives ou encore sur le rapport au plaisir, sous toutes ses formes, affectent la santé de l’être humain ». Extrait Votre cerveau.

Dans le même temps, vous devez diminuer votre consommation d’oméga-6 car ils favorisent l’inflammation qui peut entraîner des problèmes de santé. Nous sommes censés avoir un apport équilibré d’oméga-6 et d’oméga-3, mais de nos jours, nous consommons beaucoup trop d’oméga-6 car ils sont cachés dans une large gamme d’aliments transformés et d’huiles végétales raffinées (comme la mayonnaise, l’huile de soja achetés en magasin, les sauces pour les pâtes, etc.). Ceci provoque une plus grande inflammation du cerveau qui mène à la dépression, à l’anxiété et à un état d’esprit embué. Il est important d’équilibrer notre apport pour se sentir mieux. Remplacez les vinaigrettes achetées en magasin par des gras monoinsaturés sains comme l’huile d’olive. Cuisiner à l’huile d’olive sera très bénéfique pour votre cerveau et vous aidera à intégrer facilement les oméga-3 dans votre alimentation.

9. Au moins 8 heures de sommeil par nuit

sommeil lit

Le sommeil stimule l’apprentissage et la créativité, et agit comme un cycle autonettoyant de notre cerveau pour éliminer ces plaques amyloïdes qui permettent d’identifier la maladie d’Alzheimer. Une privation de sommeil est d’ailleurs associée à une hausse de bêta-amyloïdes dans l’hippocampe qui contribue au déclin cognitif. Il y aurait donc un lien entre la privation de sommeil et la maladie d’Alzheimer.

Il est donc important de vous assurer d’avoir environ huit heures de sommeil par nuit. Bien que de nombreuses personnes pensent que six heures suffisent, une étude réalisée par l’Université de Pennsylvanie a révélé que les personnes qui dormaient environ six heures pendant plusieurs nuits de suite avaient les mêmes déficits de performance que les personnes totalement privées de sommeil pendant deux nuits.

10. Éviter les appareils électroniques la nuit

nuit etoilee

Bien que de nombreuses personnes puissent se considérer comme des noctambules, notre organisme a été constitué pour dormir la nuit et être éveillé durant la journée. Modifier ou inverser ce mécanisme nous met en alerte. Les glandes pinéales de notre cerveau produisent une hormone appelée mélatonine, qui aide à réguler nos cycles de sommeil et d’éveil. Quand il fait nuit, la glande pinéale libère plus de mélatonine pour signaler qu’il est temps pour nous de nous détendre et de nous endormir. Lorsque la lumière refait son apparition à l’extérieur de notre fenêtre, la glande pinéale ralentit la production de mélatonine, signalant qu’il est temps de se réveiller.

Cependant, de nos jours, notre utilisation constante de la technologie signifie que nous sommes entourés de lumière en permanence. Nous vérifions même nos téléphones et nos tablettes lorsque nous sommes au lit. La couleur de la lumière produite par nos appareils nous affecte car ils émettent de la lumière bleue qui est particulièrement efficace pour supprimer la production de mélatonine dans notre cerveau. Cela laisse notre corps à ne plus savoir quand produire de la mélatonine car il ne reconnaît plus quand nous sommes censés être endormis.

La meilleure chose à faire est d’éviter d’utiliser des appareils électroniques le soir. Idéalement, il faudrait pouvoir éteindre tous ces appareils au moins trois heures avant l’heure du coucher pour que votre corps sache que c’est la nuit. Toutefois, on se doute bien que ce n’est pas possible pour la plupart d’entre nous. Si vous ne pouvez pas le faire, réglez vos appareils sur le réglage lumineux le plus faible possible. Retirez les téléviseurs, smartphones et autres appareils électroniques de votre chambre. Vous pouvez recharger votre téléphone dans une pièce différente de votre chambre pour éviter les notifications nocturnes et installer un réveil plutôt que de mettre l’alarme sur votre mobile. Lisez des livres avant de vous coucher et tester si vous vous endormez plus facilement.

11. Socialiser dans la vie réelle

bande d amis.jpg

Les êtres humains ont un besoin inné de se sentir soutenus, connectés et aimés, ce qui ne surprend pas que la solitude puisse être liée à la dépression. Des liens sociaux forts ont été associés à un risque plus faible de démence, ainsi qu’à une pression artérielle plus basse et à une espérance de vie plus longue.

La solitude extrême peut être plus mortelle que le tabagisme et deux fois plus mortelle que l’obésité. Plusieurs études ont montré que des liens forts ont entraîné une augmentation de 50% de la probabilité de survie d’une personne. Et une autre étude portant sur plus de 800 adultes âgés au cours de nombreuses années a montré que le fait de vivre seul peut doubler le risque de développer la maladie d’Alzheimer en plus d’entraîner un déclin cognitif. Ainsi, au lieu de passer une soirée seule devant la télé à regarder son Facebook, il est préférable de voir un ami pour boire un verre.

12. Exercer son cortex préfrontal

meditation spirituelle

La partie du cortex préfrontal du cerveau est l’une des parties les plus «humaines», associée à la connexion aux autres et à la planification sur le long terme par opposition aux autres parties du cerveau plus primitives concernées par la récompense et le plaisir à court terme. Nous pouvons travailler sur le cortex préfrontal et même l’épaissir physiquement par la pratique spirituelle comme la méditation ou la prière. Quand il est actif, le cortex préfrontal est associé à la bonne humeur. Quand ce n’est pas le cas, il est associé à la dépression, l’anxiété et à la dépendance.

« Chaque être humain possède en son esprit une « pépite d’or », un noyau de pureté et des qualités positives, qui sont cependant cachés et voilés par les multiples émotions et traits de caractères négatifs qui déforment nos perceptions et constituent la cause majeure de nos souffrances ». Extrait Cerveau et méditation.

Méditer pendant 12 minutes par jour peut nous aider à développer notre cortex préfrontal. La méditation nous aide non seulement à nous sentir en paix, mais améliore aussi grandement notre concentration et notre mémoire. Lorsque Andrew Newberg, neuroscientifique renommé, a étudié des sujets présentant des pertes de mémoire après avoir participé à des méditations quotidiennes de 12 minutes, les scintigraphies cérébrales ont montré une activité accrue dans le cortex préfrontal et une augmentation du flux sanguin vers le cerveau. Et tandis que la méditation n’avait aucun lien à une signification religieuse pour ces sujets, leurs cerveaux ont montré une activité moindre dans le lobe pariétal, impliqué dans l’intégration des informations issues de la vision, du toucher et de l’audition, qui a eu comme conséquence un sentiment d’être un avec l’univers, la nature ou Dieu. La mémoire des sujets s’est également améliorée de 10 à 20% en moyenne, certains affichant une amélioration de près de 50%.

Pratiquer la pleine conscience est également un bon moyen d’exercer son cortex préfrontal. Nous n’avons plus la capacité de nous concentrer sur une chose à la fois. Nous travaillons en regardant nos téléphones et nous regardons la télévision tout en surfant sur les médias sociaux. Ces « travers » ont déjà des effets bien marqué sur notre comportement. Cela a provoqué une diminution de notre capacité d’attention. Il est important de s’entraîner à faire une chose à la fois et de concentrer toute notre énergie sur celle-ci, en étant conscient de ce que nous faisons pendant que nous le faisons. Cela agit comme un antidote puissant au barrage de distractions qui nous poursuivent jour et nuit.

Trouver un chemin spirituel est parfois difficile. Beaucoup de gens n’ont aucune pratique spirituelle, toutefois les traditions spirituelles de prières, de chants et de méditations peuvent apaiser l’anxiété encore mieux que les médicaments sur ordonnance. Cela signifie que le fait d’avoir un chemin spirituel peut grandement améliorer notre bonheur dans le même temps. Que ce soit un cours de méditation, de yoga ou une randonnée en pleine conscience dans la nature, trouvez quelque chose qui vous permet de vous connecter au monde qui vous entoure. Cela va permettre à votre cerveau d’en bénéficier, en lui donnant la sérénité dont il a besoin pour fonctionner correctement.

13. Amener la nature à l’intérieur

plantes intérieur

Mettez des plantes d’intérieur dans chaque pièce. Les plantes d’intérieur sont un moyen facile et efficace de purifier l’air dans votre maison tout en apaisant votre esprit. Les plantes telles que le palmier, la datte naine et le lis de la paix sont particulièrement efficaces pour nettoyer l’air que vous respirez.

Les pesticides et les polluants auxquels nous sommes confrontés quotidiennement se trouvent dans la colle des meubles en contre-plaqué ou dans la peinture et perturbe notre respiration et notre cerveau sans que l’on puisse s’en rendre compte. Ces effets néfastes peuvent conduire sur le long terme à la dépression, l’anxiété voir à la démence. Évitez autant que possible les toxines environnementales. Gardez vos fenêtres ouvertes autant que possible, car l’air intérieur est souvent plus sale que l’air extérieur. Faites également un effort pour minimiser la saleté que vous apportez dans votre maison. La recherche montre que les personnes qui enlèvent leurs chaussures à la porte d’entrée réduisent considérablement la quantité de poussière contenant des toxines dans leur maison.

14. Autres conseils à la maison

nettoyer maison

D’autres conseils sont à prendre en compte pour garder un cerveau en bonne santé. Evitez par exemple de boire l’eau du robinet qui est souvent polluée par de mauvaises toxines qui affecte la santé de notre cerveau. Si vous achetez de l’eau dans des bouteilles en plastique jetables, ne les laissez pas au chaud, car la chaleur libère les produits chimiques du plastique qui se transfèrent dans votre eau. Vérifiez votre équipement de cuisson et leur fabrication. Evitez des composants tels que le sulfonate de perfluorooctane et de perfluorate qui provoque des tumeurs chez les rats. Echangez les contre de la fonte ou de l’acier inoxydable. Remplacez votre poêle si son revêtement est écaillé.

Nettoyez votre maison régulièrement est essentiel pour vivre dans un environnement plus sain. L’air dans nos maisons peut être en train de tourbillonner avec un certain nombre de toxines invisibles qui peuvent réduire notre capacité à effectuer des tâches mentales et même contribuer à des maladies aussi graves que le cancer. Pour contrer ces effets, époussetez et épongez régulièrement toutes les surface. Utilisez un filtre HEPA sur votre aspirateur, un filtre à très haute efficacité qui piège les particules de très petite taille (environ 0.3 micron, soit 0.3 millièmes de millimètre) et pour vos systèmes de chauffage ou de refroidissement. Utilisez des peintures écologiques car de nombreuses peintures contiennent des produits chimiques dangereux qui affectent la qualité de l’air de notre intérieur.

Le coin lecture ♥

Votre cerveau, comment le chouchouter, auteur, Michel Cymes

Votre-cerveau

Un cerveau à 100%, auteur, Eric Braverman

un cerveau a 100

La fin d’Alzheimer, auteur, Dr Dale Bredesen

La fin d'Alzheimer

Cerveau et méditation, notre cerveau n’a pas fini de nous étonner, auteurs, Matthieu Ricard, Wolf Singer

Cerveau-et-meditation

Comme toujours, il faut prendre ces conseils avec philosophie et ne pas trop se stresser si l’on s’aperçoit que l’on perd un peu la mémoire. Une fois que vous avez mis quelques changements en place, il est important de suivre la règle des 80/20. Cela signifie que 80% du temps, vous pouvez manger des aliments sains pour maintenir votre cerveau en forme ainsi que votre énergie comme suggéré ici, et faites-vous plaisir pour les 20% restants. Ne manquez pas une occasion si vous pouvez sortir au restaurant avec des amis ou si l’on vous propose d’aller manger une pizza.

Retrouvez également nos articles sur le même thème dans la catégorie Santé afin de vous accompagner et de vous aider au quotidien.

Si vous souhaitez lire d’autres articles sur le même sujet, retrouvez notre article 10 principes de diététique chinoise dans lequel vous trouverez quelques conseils utiles pour éviter les éternuements, démangeaison des yeux, étouffement, et difficulté à respirer.

N’hésitez pas à nous dire dans les commentaires si vous connaissez d’autres astuces afin de garder son cerveau jeune et en bonne santé. 

Publicités

3 commentaires sur “Comment garder un cerveau jeune?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.